Pour mieux comprendre la logique des marchés, la façon dont les systèmes économiques fonctionnent ou encore le rôle des banques centrales, il y a les livres d’économie… et il y a aussi les jeux vidéo ! Dans les jeux vidéo multijoueurs, on observe en effet l’évolution d’économies virtuelles dont les rouages rappellent ceux des économies bien réelles. Alors, qu’est-ce que le jeu vidéo peut vous apprendre sur l’économie ? Attrapez votre manette, VeraCash vous emmène pour une leçon pas comme les autres !

Le jeu vidéo possède une dimension sociale… et cela nous apprend quelque chose sur l’économie

Le jeu vidéo, une pratique de plus en plus collective

7 Français sur 10 s’adonnent occasionnellement aux jeux vidéo, selon une étude du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs SELL (Médiamétrie, novembre 2021). Si vous jouez de temps à autre (ou régulièrement) à des jeux d’action, de simulation de combat ou de sport, si vous craquez parfois pour une petite partie de Candy Crush ou pour un retour nostalgique sur les Sims, vous n’êtes pas seul ! Il existe en fait de nombreux types de jeu vidéo. Certains intègrent la possibilité de jouer à plusieurs et de rejoindre des communautés de jeux en ligne. On parle alors de jeux multijoueurs, dans lesquels la dimension sociale du jeu est très importante. Toujours selon l’étude du SELL, 61 % des joueuses et joueurs considèrent que les jeux vidéo contribuent à créer du lien entre les personnes. « C’est une pratique de plus en plus collective », estime Médiamétrie.

Et c’est aussi le terrain de jeu de certains économistes !

Cette dimension sociale intéresse les économistes et les sociologues. Si vous n’avez jamais participé à un jeu multijoueur de type « role play », il faut imaginer un univers virtuel, où chaque joueur remplit un rôle (le « role play », donc). Dans des jeux comme World of Warcraft ou New World, certains sont marchands, d’autres sont combattants ou sorciers. D’autres univers permettent aux joueurs de s’échanger des objets dans le jeu, pour favoriser leur progression par exemple. Le point commun ? Dès lors qu’il existe une communauté de joueurs, un système économique se développe et évolue. Et si ce système économique n’est pas prévu par le studio, les communautés trouvent elles-mêmes des solutions pour le créer.

En 2011, le studio américain Valve Software (Half-Life, Portal, Counter Strike, Left 4 Dead, ou encore la plateforme Steam…) se pose d’ailleurs des questions existentielles liées à l’économie. Les développeurs américains réfléchissent à la mise en place d’une économie virtuelle sur Team Fortress 2. Et ils pensent aussi à la création d’une monnaie virtuelle pour les joueurs qui utilisent la plateforme Steam. Pour trouver des réponses, ils se tournent vers un économiste : un professeur d’université grec, qui exerce à Athènes et à l’université du Texas à Austin. Il s’agit de Yanis Varoufakis. Ce nom vous dit quelque chose ? C’est normal : Yanis Varoufakis a aussi été ministre des Finances en Grèce en 2015, pendant six mois, en pleine crise de la dette grecque. Mais c’est une autre histoire !

portrait de Yanis Varoufakis - crédit photo : Olaf Kosinsky

Bref, notre économiste grec est sollicité par Valve pour étudier la façon dont les systèmes économiques se mettent en place et évoluent dans un jeu vidéo.  Dans une interview donnée au magazine Reason en 2014, il revient sur ces économies virtuelles interconnectées. “Un environnement de jeu multijoueur est un rêve devenu réalité pour un économiste”, estime-t-il. Selon lui, les jeux vidéo permettent aux économistes “de disposer d’un espace confiné, pour apprendre comment les gens se comportent au sein d’une économie”.

La création d’une monnaie, nerf de la guerre même dans les jeux vidéo

Dans de prochains articles, VeraCash se penchera dans le détail sur ces mécanismes qui se déclinent dans les jeux vidéo et qui permettent de mieux comprendre le fonctionnement de nos économies. Mais si vous avez déjà évolué dans un jeu vidéo multijoueur, voici ce que vous avez déjà appris sans même vous en rendre compte.

La création de mécanismes d’échanges : vendre son savoir-faire !

Selon Yanis Varoufakis, le développement de jeux multijoueurs a permis la création d’économies sociales. “Les personnes qui interagissent ont la possibilité […] d’échanger des choses précieuses, ou rares comme dirait un économiste, dans le monde virtuel”. Les joueurs, au cours d’une session de jeu, créent une valeur et la redistribuent. Par exemple, un joueur propose des services spécifiques (combat, protection…), ou il crée un objet recherché par d’autres joueurs. Ses services ou ses produits s’échangent contre d’autres objets (troc) ou contre une monnaie de jeu. C’est une situation qui s’observe encore aujourd’hui dans de nombreux jeux multijoueurs comme World Of Warcraft, Fallout 76, New World, Elder Scrolls Online… et la liste est longue. Peut-être que vous avez déjà appris à mettre en place un système de troc, ou à vendre un objet en fonction de sa rareté !

Mettre en place une monnaie d’échange

Le sujet de la monnaie d’échange revient régulièrement dans le fonctionnement même des économies virtuelles. Deux situations peuvent se produire.

  • Les développeurs ont prévu une économie virtuelle et une monnaie d’échange. Cette monnaie est reconnue par tous les participants : les développeurs sont la banque centrale du jeu ! Elle devient une monnaie fiduciaire. Ce sont des pièces d’or sur New World ou World of Warcraft, des “caps” sur Fallout 76 par exemple.
  • Les développeurs n’ont pas prévu de monnaie d’échange, ou la monnaie qu’ils ont imaginée n’est pas utilisée par les joueurs. Dans ce cas, les joueurs fixent eux-mêmes des valeurs d’échange, ou ont recours au troc. C’est ce qu’il s’est passé en octobre 2021 sur le jeu New World, développé par Amazon : les joueurs ne disposaient pas d’assez de liquidités en circulation. Ils ont refusé le système bancaire « traditionnel » fixé par le jeu pour palier le problème d’une monnaie non circulante !

Comprendre un système en évolution constante

L’un des aspects les plus marquants de ces économies virtuelles, c’est leur capacité à évoluer et à s’adapter très vite. Là où nos économies réelles mettent des années à se façonner, celles des jeux vidéo évoluent avec une grande rapidité.

En tenant compte de la complexité des systèmes d’échange, et de la solidité des systèmes économiques du jeu, « en une année, on obtient un processus évolutif qui reproduit ce qui prend habituellement des siècles », estime encore Yanis Varoufakis. L’économiste constate ainsi que les économies virtuelles vont même au-delà des modèles réels. Dans les économies virtuelles, “le comportement collectif converge vers l’équilibre puis le déséquilibre. Puis un autre équilibre vient et disparaît. Ce qui est fascinant, c’est la vitesse et l’irrégularité du comportement collectif autour d’un certain équilibre et la rapidité avec laquelle de nouveaux équilibres se forment.

C’est le cas lorsque la communauté met en place un système de troc pour éviter la « banque centrale », ou lorsque les joueurs imaginent une monnaie parallèle pour éviter l’inflation ou la déflation. Et dans de prochains articles, nous vous expliquerons ce qu’il se passe quand les joueurs tentent de renverser l’économie, quand l’économie virtuelle est en inflation ou encore qui sont les « marchands d’or » dans les économies virtuelles !


Mathieu Devaux-Sabarros

Brand Content Manager chez VeraCash®.
Curieux de tout et en particulier d'Économie, de ses transformations et de l'impact qu'elle a sur nos sociétés.
Toutes les questions méritent une réponse, avec recul et pédagogie 🤓

Découvrir plus d'articles
Sur le même thème
%d blogueurs aiment cette page :